skip to Main Content
Scandale Des Cartouches D’encre

Scandale des cartouches d’encre

Scandale des cartouches d’encre : Epson tente l’opération transparence

Technologie : Nous n’avons rien à cacher ! Les porte-paroles de la marque démentent les accusations d’obsolescence programmée sur leurs cartouches d’encre. Les pratiques de l’entreprise seraient en réalité destinées à protéger le système d’impression, et allonger sa durée de vie.

« Nous voulons casser des mythes et démentir certaines informations parues récemment ». Opération transparence ce matin pour Epson, le spécialiste de l’impression à jet d’encre. Gravement mis en cause l’hiver dernier dans un reportage d’Envoyé Spécial, la marque japonaise tenait à faire toute la lumière sur ses pratiques et rétorquer aux accusations d’obsolescence programmée.

Visuel présenté par Epson pour expliquer le fonctionnement de ses cartouches d’imprimante. Si l’encre est totalement vidée de la cartouche, dans le dessin de droite, l’air rentre dans la tête d’impression. Epson insiste sur le fait que pour nettoyer une tête d’impression obstruée par de l’air, le volume d’encre nécessaire en provenance d’une nouvelle cartouche est très supérieur à celui qui reste dans l’ancienne cartouche.

Surtout, une première plainte pour « tromperie » et « obsolescence programmée » a été déposée auprès du tribunal de Nanterre le 18 septembre 2017 à l’encontre de plusieurs fabricants d’imprimantes : Canon, Brother, Epson, et HP Inc.

La plainte à été déposée par l’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP). Et seul Epson est aujourd’hui concerné par une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Nanterre le 24 novembre 2017 et confiée à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Reste que prouver l’intention délibérée du fabricant est délicat.

« Nous trouvons ces allégations bizarres »

« Nous trouvons ces allégations bizarres » attaque Rob Clarck, Senior Vice President d’Epson pour l’Europe au sujet des accusations portées. « L’obsolescence programmée n’est pas dans notre philosophie ».

Epson insiste aussi sur le travail technologique réalisé autour de la précision de l’impression à jet d’encre. Les gouttes utilisées pour l’impression sont d’une dimension qui varie entre 1,5 et 7 picolitres, soit environ le quart de la largeur… d’un cheveu. « A cette dimension, l’air devient un véritable ennemi et peut boucher les buses des têtes d’impression explique » Rob Clarck. Conséquence : la qualité d’impression n’est plus garantie.

Oui, vous voyez venir l’argument : pas question de laisser les têtes d’impression être bloquées par de l’air avec cette technologie. Et donc il faut que quand une cartouche n’est plus en état d’être utilisée, de l’encre reste à l’intérieur pour permettre aux têtes d’impression de ne pas être obstruées par de l’air.

Entre 13 % et 24 % d’encre reste dans chaque cartouche

Pour ce faire, l’association HOP accuse Epson de déclarer vides des cartouches qui contiennent encore 20 à 40 % d’encre. Sur le principe, Epson reconnaît la pratique. « Il faut conserver de l’encre dans la cartouche pour empêcher de l’air de rentrer dans la tête d’impression » insiste Junkichi Yoshida, responsable de l’impression d’Epson. Reste que le volume d’encre qui doit rester dans les cartouches dépend de leur taille. Et plus les cartouches sont grandes, plus le pourcentage d’encre qui doit rester est faible. Concrètement, entre 13 % et 24 % d’encre reste dans chaque cartouche pour permettre ce mode de fonctionnement assure Epson.

Schéma de fonctionnement d’une cartouche Epson T34. L’encre qui reste dans la cartouche en fin d’utilisation est destinée à « protéger le système » assure Epson. Si le détecteur est floué, l’encre « bloquée » qui est utilisée ne protège plus la tête d’impression.

Une formule économique selon le fabricant. Pourquoi ? Parce que Epson assure que pour nettoyer une tête d’impression attaquée par de l’air, il faut utiliser 8,99 ml d’encre de la nouvelle cartouche. Ce qui est beaucoup plus que le volume d’encre qui reste dans la cartouche précédente pour conserver la tête d’impression en état de fonctionner. Et ce partout dans le monde.

« Nous fabriquons des cartouches et des imprimantes pour un marché global. Cela signifie que nos produits sont conçus pour fonctionner dans des conditions différentes. Dans des conditions tropicales et désertiques par exemple. Donc il est logique que sur un marché comme la France par exemple, les marges de précaution techniques que nous prenons paraissent un peu excessives » affirment les porte-paroles d’Epson.

Aller vers le laser ?

Reste que garantir la qualité d’impression exige que jusqu’à près d’un quart de l’encre ne soit pas utilisée dans chaque cartouche. « C’est aujourd’hui nécessaire au bon fonctionnement de nos systèmes d’impression » admet Rob Clarck, qui assure toutefois que les équipes de recherche d’Epson travaillent à une amélioration de cette situation.

L’association HOP assure cependant qu’il suffit de réactiver la puce qui enregistre le nombre d’impressions effectuées grâce à un reprogrammateur disponible dans le commerce pour utiliser l’intégralité de l’encre contenue dans une cartouche. HOP épingle également le coût des cartouches d’encre des fabricants. En hausse constante, ce prix est estimé par l’association à 2062 euros le litre d’encre, soit « deux fois plus cher que le parfum Chanel 5 » indique l’avocat de l’association, Émile Meunier.

Au vu de ces coûts exorbitants, de plus en plus de consommateurs sont tentés par le fait de faire l’impasse sur la couleur et de passer à la technologie laser noir et blanc en délaissant le jet d’encre. Grave erreur dit Epson. L’entreprise insiste sur le fait que l’impression a jet d’encre est bien plus avantageuse d’un point de vue écologique que l’impression laser. Elle utilise par exemple 96 % de moins d’énergie et produit 94 % moins de déchets que la technologie d’impression à laser.

La loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte crée le délit d’obsolescence programmée, défini comme étant « l’ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise à réduire délibérément la durée de vie d’un produit pour en augmenter le taux de remplacement ». L’obsolescence programmée est punie d’une peine de deux ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende. Mais le montant de l’amende peut être porté, de manière proportionnée aux avantages tirés du manquement, à 5 % du chiffre d’affaires moyen annuel, calculé sur les trois derniers chiffres d’affaires annuels connus à la date des faits.

Epson, avec son chiffre d’affaire annuel de 9 milliards de dollars, pourrait avoir du souci à se faire.

Back To Top