Skip to content
Cartouches d'encre originales et compatibles de qualité supérieure et pas chères | Jusqu'à 80% d'économie | Société Lyonnaise Site basé en France
Le scandale des cartouche d'encre

Scandale des cartouches d’encre

Scandale des cartouches d’encre : Epson tente l’opération transparence

Epson dément les accusations d’obsolescence programmée sur leurs cartouches d’encre. Les pratiques visent à protéger le système d’impression et prolonger sa durée de vie.

La marque veut casser les mythes et rétorquer aux accusations après avoir été gravement mis en cause l’hiver dernier dans un reportage. Epson tient à faire toute la lumière sur ses pratiques.

scandale epson

Epson utilise un visuel pour montrer le fonctionnement de ses cartouches. Si l’encre est vide, l’air rentre dans la tête d’impression. Le nettoyage de la tête obstruée nécessite plus d’encre provenant d’une nouvelle cartouche.

Une plainte pour “tromperie” et “obsolescence programmée” a été déposée en septembre 2017 contre Canon, Brother, Epson et HP Inc.

Epson est le seul à être actuellement visé par une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Nanterre et confiée à la DGCCRF. Prouver l’intention délibérée du fabricant reste toutefois difficile.

“Nous trouvons ces allégations bizarres”

Rob Clarck, Senior Vice President d’Epson pour l’Europe, rejette les accusations d’obsolescence programmée en affirmant que cela ne fait pas partie de leur philosophie.

Epson met l’accent sur le travail technologique pour améliorer la précision de l’impression à jet d’encre.

Les gouttes utilisées pour l’impression ont une dimension allant de 1,5 à 7 picolitres. L’air peut boucher les buses des têtes d’impression, ce qui est un ennemi pour la qualité d’impression.

Il faut donc qu’il reste de l’encre dans la cartouche pour permettre aux têtes d’impression de ne pas être obstruées par de l’air.

Entre 13 % et 24 % d’encre reste dans chaque cartouche

Epson est accusé par l’association HOP de déclarer vides des cartouches encore pleines.

Epson reconnaît cette pratique mais insiste sur le fait que les cartouches doivent contenir de l’encre pour éviter que de l’air ne rentre dans la tête d’impression.

La quantité d’encre à conserver dans chaque cartouche dépend de sa taille, entre 13 % et 24 % d’encre reste dans chaque cartouche.

fonctionnement d’une cartouche Epson T34

Epson présente un schéma pour expliquer l’utilisation de l’encre qui reste dans la cartouche T34. Cela permettrait de protéger le système. Si le détecteur ne fonctionne pas correctement, l’encre restante peut ne plus protéger la tête d’impression.

Epson affirme que les cartouches contenant de l’encre restante sont économiques car cela permet de protéger les têtes d’impression contre l’air.

En effet, Epson explique qu’il faut 8,99 ml d’encre pour nettoyer une tête d’impression qui a été obstruée par de l’air, ce qui est plus important que le volume d’encre restant dans la cartouche.

Epson conçoit ses produits pour un marché mondial, ce qui implique des conditions de fonctionnement différentes, et donc des marges de précaution techniques plus importantes en France que dans d’autres pays.

Ils ont reconnu !

Epson reconnaît que jusqu’à 24% de l’encre contenue dans ses cartouches est conservée pour protéger la tête d’impression.

Bien que l’association HOP affirme qu’il est possible d’utiliser l’intégralité de l’encre en réactivant la puce d’enregistrement, Epson affirme que le volume d’encre conservé est nécessaire pour garantir la qualité d’impression.

Cependant, Rob Clarck, de chez Epson, admet que leur équipe de recherche travaille pour améliorer cette situation.

Aller vers le laser ?

HOP pointe également le coût élevé des cartouches d’encre, estimé à 2062 euros le litre, soit deux fois plus cher que le parfum Chanel 5, ainsi que la pratique de certaines marques de vider des cartouches qui contiennent encore de l’encre.

De plus en plus de consommateurs envisagent de passer à la technologie laser noir et blanc plutôt que le jet d’encre à cause de ses coûts exorbitants.

Cependant, Epson défend l’impression à jet d’encre, qui est plus écologique, utilisant 96 % de moins d’énergie et produisant 94 % moins de déchets que l’impression laser. En effet, la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte considère l’obsolescence programmée comme un délit puni d’une peine de deux ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende.

En cas de manquement, le montant de l’amende peut être porté à 5 % du chiffre d’affaires moyen annuel calculé sur les trois derniers chiffres d’affaires annuels connus. Avec un chiffre d’affaires annuel de 9 milliards de dollars, Epson pourrait être en difficulté.

Back To Top
Vérifié indépendamment
177 avis